jeudi 1 janvier 2015

2015 EST une super année!

2015 ne sera pas une super année
2015 EST déjà une super année puisqu'on est déjà en 2015

Pour vous présenter mes voeux j'ai choisi de répondre à une question qui m'a été posée par mail :

« Par où commencer lorsque plus rien ne vous rattache à la vie? Par exemple quel est le début pour créer le job qui me plait? »

C’est une super question pour commencer une super année.

Tout d’abord il faut constater une chose c’est que si on pose une question, même si elle contient « plus rien ne me rattache à la vie », c’est justement qu’on est encore rattaché à la vie…Bonne nouvelle, non?

C’est comme un fruit, s’il est encore sur la branche c’est que la vie continue à le nourrir. La différence c’est que les fruits ne se posent pas de question. Ils font confiance. Qu’ils soient encore sur la branche ou qu’ils soient au sol en train de pourrir, il incarnent ce que l’on appellent la foi. Ils s’abandonnent à cette sagesse intérieure qui transforme tout pour le meilleur de l’ensemble…

Lorsqu’un fruit pourrit que se passe t’il? Les sucres se transforment, un liquide se libère, la chair se désagrège et cela a pour effet de nourrir les noyaux ou les graines. Ce processus va permettre une renaissance. En fait, tout fruit contient la renaissance, la croissance et l’expansion même si pour nous un fruit pourri est un fruit inutile, pour la vie rien n’est inutile.

Nous sommes au lendemain du seuil d’une année nouvelle, le fruit 2014 est tombé et le fruit 2015 a commencé à germer. L’important pour tout dans la vie c’est ce que l’on appelle la FOI. C’est un mot que la religion a un peu déformé mais il décrit quelque chose qui est non religieux. En fait, dans la vie, la foi c’est juste accepter l’évidence.

On a donc sans le réaliser Foi dans beaucoup de choses : par exemple, on se réveille, on ouvre les yeux. On a donc la foi dans l’ouverture de ses yeux. On s’asseoit sur le bord de son lit, on a foi dans son ossature, dans ses muscles. On se lève, c’est qu’on a foi dans ses jambes, on ouvre le robinet, on a foi dans le fait que l’eau va couler, etc. Tout cela est automatique. On dira que c’est la vie dans son évidence. On est comme le fruit. On ne se pose pas de question.

« Par ou commencer? » c’est une question…
C’est là qu’on sort du courant! Car on a déjà commencé…Le problème c’est qu’on croit que ça n’a pas commencé. Pourquoi? Parce qu’à notre avis 2014 n’a pas été terrible et peut être que 2013 non plus, et peut être que 2012 aussi, bref on peut remonter et se demander quand ça a commencé à pas être terrible. Parfois ça remonte très loin.

En fait se retourner pour voir jusqu’où ça remonte, c’est juste pour permettre de réaliser une chose c’est que cette « insatisfaction », le fait de n’être pas dans la « bonne année », c’est très positif. Pourquoi? Tout simplement parce que ça montre qu’il y a en nous un principe de satisfaction qui juge : « Non je ne suis pas satisfait ». Ce principe, c’est la Force de vie. La force de vie sait ce qu’elle veut de la même manière dans un fruit et dans un être humain.

La différence c’est que beaucoup d’êtres humains n’ont pas confiance dans cette force qui agit en eux et du coup c’est comme s’ils pliaient un tuyau d’arrosage…L’eau ne peu pas couler et du coup ça détraque le système. Dans leur tête ils ressassent plein d’idées autour du thème : « je ne suis pas heureux (heureuse), je ne fais pas ce qui me plait, je n’ai plus envie de vivre, etc. » Les fruits ne font jamais ça.

Donc, comment capter la puissance vitale? Derrière la formulation négative il y a une formulation positive : "Qu’est-ce qui me plairait? Qu’est-ce que j’aimerai faire? Qu’est-ce qui me rendrait heureux (heureuse)?" Il faut que ce soit très clair. Plus c’est clair et détaillé et plus on a réussi à capter l’inspiration. Parce que comme le bonheur est différent pour chacun, la réponse est en chacun. Pour permettre à la réponse d’émerger il faut être CONVAINCU à 100% qu'elle est en germe en soi. La preuve c’est que la partie qui dit « Ca va pas » dit cela parce qu’elle sait depuis toujours qu’il y a le chemin du « Ca va » et qu'elle connaît la route.

Donc, il faut commencer par là. Le moyen pratique c’est de prendre un cahier ou un carnet et un stylo et de faire la liste de ce qui nous ferait plaisir. Ca peut inclure le fait de manger un chocolat comme le fait d’imaginer où on aimerait habiter. Se dire « Si je n’avais aucune limite, qu’est-ce que je ferai, demain, après demain, la semaine prochaine, dans un mois etc? ». Cet exercice s’appelle « Mettre les boeufs avant la charrue » parce que ce sont boeufs qui tirent, pas la charrue. De la même manière, c’est la puissance naturelle du besoin d’être heureux qui va nous tirer vers la lumière…à condition de reconnaître à 100% que cette force agit depuis la nuit des temps et que c’est pour ça qu’on est toujours là, accrochés à la branche avec ce sentiment qu’il y a mieux pour nous.

Oui, c’est vrai, il y a mieux et quelque chose en nous sait comment l’atteindre…
Il suffit de reconnaître que cette partie est toute puissante si on sait lui faire confiance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire