jeudi 25 décembre 2014

J'ai dit "vous êtes des Dieux".

Réponse à un mail :

C'est amusant, je finis juste de prier pour vous et ma période de prière terminée, je découvre votre mail! Quelle joie.

Dans votre message, j'ai relevé une phrase intéressante qui soulève un aspect très important de tout travail spirituel. Vous écrivez :

" je crois en ce  que vous écrivez mais sans vous prendre pour un Dieu ...et je ne pense pas que vous souhaiteriez cela"

Cette phrase m'a fait sourire car c'est la clé. En effet, je ne souhaite pas être pris pour un Dieu dans un sens hiérarchique qui opposerait un état "normal"(vous) à un état "divin" (moi). Je ne suis pas exceptionnel... nous sommes tous exceptionnels. En ce sens oui, je souhaite que vous me preniez pour un Dieu car cela vous permettrait de réaliser que vous aussi vous êtes un Dieu.

Ca vous parait peut-être difficile à accepter parce qu'on nous a tellement habitués à nous "soumettre" psychologiquement à un pouvoir supérieur. Les religions ont toutes contribué à implanter en nous cette attitude qui nous fait déléguer notre pouvoir à des idoles c'est à dire à des systèmes créés par l'homme. Il suffit d'ouvrir son esprit et de prendre une Bible pour démasquer cette mystification.

Se poser la question de savoir si Jésus est vraiment le fils de Dieu est un faux problème. Jésus ne s'appelait pas Jésus, il n'est pas né à Bethleem un 24 décembre et on ne sait même pas jusqu'à quel âge il a vécu...on peut même se demander s'il a vécu. Ce qui est important c'est ce que les textes sacrés nous révèlent et la manière dont nous pouvons les appliquer dans notre vie.

Il y a un passage sans équivoque dans l'évangile de St Jean :

"Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider.
Jésus leur dit: Je vous ai fait voir plusieurs bonnes oeuvres venant de mon Père: pour laquelle me lapidez-vous?
Les Juifs lui répondirent: Ce n'est point pour une bonne oeuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu."


Hélas, avec le temps, cette attitude semble ne pas avoir changé. Votre remarque en est la preuve. La majorité des hommes continuent à distinguer "homme" et "Dieu".

Quelle est la réponse?

"N'est-il pas écrit dans votre loi: J'ai dit: Vous êtes des dieux?
Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l'Ecriture ne peut être anéantie,
celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites: Tu blasphèmes! Et cela parce que j'ai dit: Je suis le Fils de Dieu. "


A la lecture de ce passage il est clair que se poser la question de savoir si Jésus est le fils de Dieu est un contresens grave. Qu'une religion toute entière assyme transmette et valide ce contresens est d'autant plus grave que le message est sans ambiguïté. L'histoire de Jésus qu'on y croie ou pas ne sert qu'à une chose, nous rappeler un principe important qui continue à passer inaperçu pour trop d'humains c'est le fait que par nature "nous sommes des dieux."Pas demain, pas dans une autre monde, pas après une longue ascèse et de nombreux sacrifices. Nous sommes déjà cela, et à jamais.



Etre un Dieu, ce n'est pas un titre honorifique, ce n'est pas un statut permettant de dominer les autres, c'est juste une "identité" qui permet de comprendre ce que l'on est vraiment et de réaliser ce que l'on est venu faire sur cette planète.

Lorsque nous nous adressons dans nos prières à ce pouvoir invisible que certaines religions appellent "Dieu", quelle image avons nous en tête? L'idée dominante est celle d'omnipotence. Dieu peut tout. Le second aspect, c'est que Dieu est omniprésent. C'est à dire qu'il est partout. Le troisième, c'est qu'il sait tout...c'est l'omniscience. Il y a une quatrième idée et c'est aussi la raison pour laquelle nous prions : nous considérons aussi que Dieu est Amour et que c'est la raison pour laquelle il peut nous faire bénéficier d'une partie de son pouvoir en réponse à nos prières.

Lorsque l'Evangile de Jean nous rappelle que nous sommes tous des dieux ça signifie tout simplement que cette omnipotence, cette omniprésence, cette omniscience et cet amour inconditionnel ne sont pas à l'extérieur de nous mais en nous et que la plus efficace des prières est de se dire directement :

"Je suis amour inconditionnel,
Je suis omnipotent,
omniprésent
et omniscient"

Il n'y a pas d'autre chemin. Tant qu'on n'a pas réalisé cela on erre dans l'obscurité. Tant qu'on n'a pas intégré cet état de conscience dans son vécu au quotidien on vit comme un sarment séparé de la vigne. Dans un tel état de cnscience, il est normal qu'on se déssèche.

Je ne cherche pas à donner des leçons du haut d'une prétendue supériorité. Je transmets simplement un enseignement avec "autorité". "Avec autorité", ça signifie que je ne répète pas ce que j'ai appris, je n'expose pas des théories, je fais ce que je peux pour partager le fuit de mon expérience. Je ne suis pas un "professionnel de la spiritualité". C'est à dire que je ne cherche pas à vivre de mon enseignement spirituel. Au contraire, pour moi il est important de réussir à vivre d'autre chose parce que le seul succès qui mérite d'être enseigné c'est LA JOIE DE VIVRE. La joie de vivre c'est la capacité de se réveiller et de se coucher avec le sourire, c'est la confiance dans ce qui va se passer, c'est le bonheur de l'instant présent, c'est le fait de vivre chaque instant comme un PRESENT c'est à dire comme un cadeau de la vie.

Mon aventure a commencé comme celle de beaucoup de monde. Sans éclat particulier et avec pas mal de limitations intérieures héritées de mon environnement qu'il soit familial, social, national et même planétaire. C'est en suivant fidèlement mon intuition et en prenant des risques que j'ai réussi à être fidèle à moi-même...

A 62 ans, je suis heureux de ce que cela m'a permis d'atteindre. Matériellement, j'ai réussi à devenir très connu et respecté au Japon, à y créer plusieurs restaurants célèbres et florissants. Mon exemple et les livres où je partage les leçons que j'ai tiré de ma pratique ont inspiré des milliers de gens à qui mon message a donné la force d'être fidèles à leurs rêves.

Mais ce n'est pas ce que j'ai obtenu qui est le plus important, c'est ce que j'ai "réalisé" qui m'importe le plus... J'ai réalisé que je suis un Dieu et que par conséquent vous aussi...C'est ce que l'on appelle "LA LUMIERE"... Une fois que l'on sait ce que l'on est on peut être vraiment utile aux autres, on devient capable de guérir les malades, de remonter le moral des gens et de les aider à retrouver leur véritable route.

Lorsqu'on en arrive à ce point on ne "croit" plus, on "sait" on sait que tout est possible...que l'on peut aussi bien détruire que construire. On sait aussi que tout commence dans la pensée et que la pensée est toute puissante. A partir de là on possède tout ce qu'il faut pour réussir ou pour échouer. On comprend aussi que c'est un choix de chaque instant : décider de vivre la "toute puissance" ou "l'impuissance".

Sachez que votre bonheur m'importe autant que le mien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire