samedi 27 décembre 2014

Lorsqu'on se sent "au bout du rouleau"


Vous avez l'impression d'arriver au bout du rouleau et nous sommes en plein mois de décembre, période la plus obscure de l'année, avec une nouvelle année qui pointe son nez dans quelques jours,... on peut dire que vous êtes en plein dans le cycle de l'univers! Quelle belle occasion de s'offrir une renaissance.

Il y a une chose très importante à comprendre dans votre cas c'est que tout ce qui nous arrive dans la vie vient de nos croyances conscientes et inconscientes et de la conversation qu'on a dans la tête. Parce que lorsqu'on se pense " au bout du rouleau" il y a toujours une conversation qui va avec. On ne peut pas se sentir au fond du trou et avoir une conversation qui dit : "C'est super, ma vie est une bénédiction".

On pense que c'est parce que ça va mal qu'on a des pensées tristes mais on ne réalise pas que c'est le contraire...Ce sont les pensées tristes qui arrivent en premier et il y a toujours eu un premier jour où les pensées tristes ont commencé à se produire. Ce premier jour de tristesse dans certains cas c'était avant de naître, parce que maman avait des pensées tristes sans se rendre compte qu'elle était en train de polluer son bébé...Ou bien ça a été un peu plus tard. Il y a forcément eu une première fois, c'est comme la perte de la virginité.

Lorsque quelque chose ne tourne pas rond dans notre vie c'est toujours le signe qu'il est temps que nous comprenions quelque chose. Lorsqu'on n'en peut plus c'est qu'on a tellement fait fausse route que ça n'est plus vivable. La chose à comprendre à ce moment là c'est qu'il n'y aucune raison que l'on se trouve dans cette situation. Une voix en nous nous crie : "tu mérites beaucoup mieux!". Si on mérite beaucoup mieux et qu'on n'a pas ce qu'on mérite c'est qu'une partie de nous fait du sabotage.

Pour continuer à comprendre il faut se demander : "Mais que raconte cette partie de moi pour me saboter la vie à ce point?" Et là vient une autre question. Est ce que tu t'aimes? Est-ce que tu peux te regarder tendrement dans un miroir en pensant : "Je t'aime...". D'autre questions émergent alors : "Est-ce que ton Père t'a témoigné son amour?Comment?" ...
"Est-ce que ta mère t'a témoigné son amour?Comment?"...
"Est-ce qu'on t'a donné confiance en toi en te disant que tu avais du talent dans un domaine ou dans l'autre"
"Est-ce qu'on t'a dit que tu étais jolie, intelligente, enfin bref est-ce qu'on a reconnu cette beauté intérieure qui n'appartient qu'à vous et qui fait de vous un être unique sur cette planète...?"

Car tout dans la vie est dans le fond une question d'amour ; pas l'amour que l'on attend des autres, le seul amour que personne ne peut nous prendre : l'amour de Soi...
Qu'est-ce que c'est l'amour de soi?
C'est sentir qu'il y a en nous une merveilleuse force, une petite voix, un soutien, un protecteur ou une protectrice, enfin,... Réaliser qu'on est soi-même le lieu unique et irremplaçable où tout se passe. Le temple, l'église, la mosquée,... tout est en nous. C'est dans notre coeur que se trouvent tous les dieux, tous les prophètes...
N'est-ce pas merveilleux de réaliser cela?

Que vous croyiez en Dieu ou pas et quelle que soit votre religion, je suis certain que vous sentez qu'il y a quelque part un pouvoir qui organise tout et qui fait que l'univers tout entier fonctionne plutôt bien. Imaginez tous ces atomes, ces planètes, ces galaxies,...Observez votre corps, la circulation de votre sang, les battements de votre coeur, etc. tout cela se passe sans vous et tout est parfaitement bien réglé. Il y a que lorsque nous essayons d'imposer nos idées que les choses vont de travers... C'est une leçon.

Cette leçon c'est qu'il y a un pouvoir qui gère l'univers et organise tout parfaitement. Cette force invisible nous soutient inconditionnellement. La seule chose que nous ayons à faire c'est avoir confiance, une confiance totale, absolue. Cela s'appelle LA FOI.

Se réveiller et s'endormir dans la confiance, savoir que quelque chose de grand, d'infini veille sur nous avec l'amour d'une mère, ça vaut toutes les couvertures chaufante!

jeudi 25 décembre 2014

J'ai dit "vous êtes des Dieux".

Réponse à un mail :

C'est amusant, je finis juste de prier pour vous et ma période de prière terminée, je découvre votre mail! Quelle joie.

Dans votre message, j'ai relevé une phrase intéressante qui soulève un aspect très important de tout travail spirituel. Vous écrivez :

" je crois en ce  que vous écrivez mais sans vous prendre pour un Dieu ...et je ne pense pas que vous souhaiteriez cela"

Cette phrase m'a fait sourire car c'est la clé. En effet, je ne souhaite pas être pris pour un Dieu dans un sens hiérarchique qui opposerait un état "normal"(vous) à un état "divin" (moi). Je ne suis pas exceptionnel... nous sommes tous exceptionnels. En ce sens oui, je souhaite que vous me preniez pour un Dieu car cela vous permettrait de réaliser que vous aussi vous êtes un Dieu.

Ca vous parait peut-être difficile à accepter parce qu'on nous a tellement habitués à nous "soumettre" psychologiquement à un pouvoir supérieur. Les religions ont toutes contribué à implanter en nous cette attitude qui nous fait déléguer notre pouvoir à des idoles c'est à dire à des systèmes créés par l'homme. Il suffit d'ouvrir son esprit et de prendre une Bible pour démasquer cette mystification.

Se poser la question de savoir si Jésus est vraiment le fils de Dieu est un faux problème. Jésus ne s'appelait pas Jésus, il n'est pas né à Bethleem un 24 décembre et on ne sait même pas jusqu'à quel âge il a vécu...on peut même se demander s'il a vécu. Ce qui est important c'est ce que les textes sacrés nous révèlent et la manière dont nous pouvons les appliquer dans notre vie.

Il y a un passage sans équivoque dans l'évangile de St Jean :

"Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider.
Jésus leur dit: Je vous ai fait voir plusieurs bonnes oeuvres venant de mon Père: pour laquelle me lapidez-vous?
Les Juifs lui répondirent: Ce n'est point pour une bonne oeuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu."


Hélas, avec le temps, cette attitude semble ne pas avoir changé. Votre remarque en est la preuve. La majorité des hommes continuent à distinguer "homme" et "Dieu".

Quelle est la réponse?

"N'est-il pas écrit dans votre loi: J'ai dit: Vous êtes des dieux?
Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l'Ecriture ne peut être anéantie,
celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites: Tu blasphèmes! Et cela parce que j'ai dit: Je suis le Fils de Dieu. "


A la lecture de ce passage il est clair que se poser la question de savoir si Jésus est le fils de Dieu est un contresens grave. Qu'une religion toute entière assyme transmette et valide ce contresens est d'autant plus grave que le message est sans ambiguïté. L'histoire de Jésus qu'on y croie ou pas ne sert qu'à une chose, nous rappeler un principe important qui continue à passer inaperçu pour trop d'humains c'est le fait que par nature "nous sommes des dieux."Pas demain, pas dans une autre monde, pas après une longue ascèse et de nombreux sacrifices. Nous sommes déjà cela, et à jamais.



Etre un Dieu, ce n'est pas un titre honorifique, ce n'est pas un statut permettant de dominer les autres, c'est juste une "identité" qui permet de comprendre ce que l'on est vraiment et de réaliser ce que l'on est venu faire sur cette planète.

Lorsque nous nous adressons dans nos prières à ce pouvoir invisible que certaines religions appellent "Dieu", quelle image avons nous en tête? L'idée dominante est celle d'omnipotence. Dieu peut tout. Le second aspect, c'est que Dieu est omniprésent. C'est à dire qu'il est partout. Le troisième, c'est qu'il sait tout...c'est l'omniscience. Il y a une quatrième idée et c'est aussi la raison pour laquelle nous prions : nous considérons aussi que Dieu est Amour et que c'est la raison pour laquelle il peut nous faire bénéficier d'une partie de son pouvoir en réponse à nos prières.

Lorsque l'Evangile de Jean nous rappelle que nous sommes tous des dieux ça signifie tout simplement que cette omnipotence, cette omniprésence, cette omniscience et cet amour inconditionnel ne sont pas à l'extérieur de nous mais en nous et que la plus efficace des prières est de se dire directement :

"Je suis amour inconditionnel,
Je suis omnipotent,
omniprésent
et omniscient"

Il n'y a pas d'autre chemin. Tant qu'on n'a pas réalisé cela on erre dans l'obscurité. Tant qu'on n'a pas intégré cet état de conscience dans son vécu au quotidien on vit comme un sarment séparé de la vigne. Dans un tel état de cnscience, il est normal qu'on se déssèche.

Je ne cherche pas à donner des leçons du haut d'une prétendue supériorité. Je transmets simplement un enseignement avec "autorité". "Avec autorité", ça signifie que je ne répète pas ce que j'ai appris, je n'expose pas des théories, je fais ce que je peux pour partager le fuit de mon expérience. Je ne suis pas un "professionnel de la spiritualité". C'est à dire que je ne cherche pas à vivre de mon enseignement spirituel. Au contraire, pour moi il est important de réussir à vivre d'autre chose parce que le seul succès qui mérite d'être enseigné c'est LA JOIE DE VIVRE. La joie de vivre c'est la capacité de se réveiller et de se coucher avec le sourire, c'est la confiance dans ce qui va se passer, c'est le bonheur de l'instant présent, c'est le fait de vivre chaque instant comme un PRESENT c'est à dire comme un cadeau de la vie.

Mon aventure a commencé comme celle de beaucoup de monde. Sans éclat particulier et avec pas mal de limitations intérieures héritées de mon environnement qu'il soit familial, social, national et même planétaire. C'est en suivant fidèlement mon intuition et en prenant des risques que j'ai réussi à être fidèle à moi-même...

A 62 ans, je suis heureux de ce que cela m'a permis d'atteindre. Matériellement, j'ai réussi à devenir très connu et respecté au Japon, à y créer plusieurs restaurants célèbres et florissants. Mon exemple et les livres où je partage les leçons que j'ai tiré de ma pratique ont inspiré des milliers de gens à qui mon message a donné la force d'être fidèles à leurs rêves.

Mais ce n'est pas ce que j'ai obtenu qui est le plus important, c'est ce que j'ai "réalisé" qui m'importe le plus... J'ai réalisé que je suis un Dieu et que par conséquent vous aussi...C'est ce que l'on appelle "LA LUMIERE"... Une fois que l'on sait ce que l'on est on peut être vraiment utile aux autres, on devient capable de guérir les malades, de remonter le moral des gens et de les aider à retrouver leur véritable route.

Lorsqu'on en arrive à ce point on ne "croit" plus, on "sait" on sait que tout est possible...que l'on peut aussi bien détruire que construire. On sait aussi que tout commence dans la pensée et que la pensée est toute puissante. A partir de là on possède tout ce qu'il faut pour réussir ou pour échouer. On comprend aussi que c'est un choix de chaque instant : décider de vivre la "toute puissance" ou "l'impuissance".

Sachez que votre bonheur m'importe autant que le mien.

Comment rétablir l'Unité intérieure?

Réponse à une question posée à propos d'un de mes articles.

"Comment rétablir l'unité intérieure en remettant "l'ego limité" sous la direction de " l'ego supérieur"

Je reprends mon idée de changement de fréquence. Il y a une fréquence que j'appelle "Ego limité" et une autre que j'appelle "Ego supérieur"...Bien sûr il n'y a pas de "supérieur" ni de "limité". Les mots ont peu d'importance, je les utilise pour faciliter la compréhension.

Que raconte ce que j'appelle "L'ego limité" ?

Il dit : "Ce n'est pas possible", "Ca ne va pas", "J'ai envie de ça et pourquoi je ne l'ai pas", "Je suis malade", "Je suis triste",...

Comme son nom l'indique l'égo "limité" est "limité"... Ce n'est pas quelqu'un, c'est une base de données. C'est une sorte d'automate...Une situation appuie sur le bouton et il se met en route automatiquement. Donc lorsqu'on s'identifie à lui et bien on devient soi-même un automate.

Mais, car il y a un mais...
C'est que l'être dit "humain" ne peut pas être à 100% un automate car il y a en lui (en tout être humain sans exception) une autre dimension que j'appelle "ego supérieur"...On appelle aussi ça "l'âme", le "Maître Intérieur", "Le Christ", le "Soi",... tous ces noms évoquent la même chose : cette partie invisible, insaisissable, en nous, que l'on ressent lorsqu'on est "insatisfait"...

Insatisfait d'un travail, d'une relation, d'un style de vie,...qu'importe... Le sentiment d'insatisfaction indique qu'il y a conflit entre "l'automate" et le "propriétaire" de l'automate...

Le propriétaire veut raconter une autre histoire. Pour lui, l'automate c'est juste un avatar, un outil indispensable, mais juste un outil. L'ego limité est la marionnette de l'ego supérieur. C'est un véhicule qui n'a pour but qu'une seule chose : obéir à la volonté du propriétaire. Le propriétaire lui n'a aucune limitation...Il pense "Je veux" et le véhicule doit répondre "OK"...

Lorsque l'Avatar répond en disant "Oui mais,... ce n'est pas possible..." ça crée forcément des problèmes...Il y a alors un conflit de volonté entre le véhicule et le conducteur.

Comment se fait-il que l'avatar se montre récalcitrant?
Et bien tout simplement parce qu'il a été "piraté"...
Il a été piraté par la famille, la culture, la société, par les "archétypes" partagés par les habitants de cette planète et par plein d'autres choses. La croyance aveugle dans l'âge, la pauvreté, la souffrance, la guerre, le Karma, le péché, la mort, la violence, la tristesse,... tout cela est le résultat du résultat du "piratage"de l'ego limité.

L'ego supérieur, lui est illimité. Il s' EX-PRIME, c'est tout.
Il s'étend. Son principe c'est la Joie, la joie d'être, la joie de créer, de réaliser, d'expérimenter.
Il dit à son avatar : "Vas-y éclate-toi" mais l'avatar répond " Je ne peux pas" parce qu'on lui a programmé "Ce n'est pas possible".

Alors quoi faire?
Inutile de chercher à reprogrammer l'avatar parce que ça prend du temps et parce que de toutes façons il y a un moyen plus simple et plus efficace. Il suffit de ne plus utiliser le programme limité qui a géré l'avatar et de remettre ce dernier sous la direction de son "maître".

Le plus important c'est avant tout de réaliser comment les choses se passent. Une fois qu'on a compris la relation entre "l'ego limité" et "l'ego supérieur", il reste juste à agir en conséquence : Il n'y a pas deux volontés ou deux états d'être, il y a une conscience et son véhicule.

Une fois qu'on a compris cela on réalise qu'on est UN et qu'en conséquence il n'y a qu'un seul maître à bord et que le reste est illusoire. L'Esprit Illimité va par principe où il veut.

Le résultat de cette réalisation de l'unité intérieure c'est une absence de limite, une totale liberté d'être ce que l'on veut. Ce n'est pas le résultat d'un processus, c'est instantané, c'est le résultat d'un choix entre le pouvoir et l'impuissance.

Je pense que l'impuissance ne tente personne, alors pourquoi ne pas clamer haut et fort :

"Je Suis, omnipotent, omniprésent et omniscient"...

C'est la plus puissante des prières et la clé du retour à "l'unité de Soi""

mardi 23 décembre 2014

Changer de "fréquence".



Il y a un point que je voudrais souligner par rapport à cette question de « pas de temps/pas d’espace ».

Tout d’abord, je rappelle que spirituellement et scientifiquement, le temps et l’espace sont des constructions mentales et que donc nous avons l’impression que le temps passe alors qu’en fait nous ne cessons de vivre le présent.

La conséquence de cela, comme nous l’avons vu c’est qu’on ne « devient pas », on saute en fait d’un état de conscience à l’autre. La seule chose que l’on peut constater c’est « Je suis ».

« J’étais » n’existe plus et « Je serai » n’existe pas encore… Lorsque le futur sera atteint, je serai encore dans le présent puisqu’on ne peut vivre qu’au présent…

C’est donc ce que je vis dans le présent qui est important…
Il faut savoir que plus je réussis à apprécier mon présent et plus j’élève ma fréquence vibratoire…Si je me plains, si je considère que le travail que je fais actuellement est sans intérêt je vais rester désespérément coincé sur place…

Pourquoi? Parce qu’au lieu d’élever ma fréquence vibratoire, je vais l’abaisser…
Plus je suis triste, insatisfait, déçu et plus le taux vibratoire de mon être m’attire vers des identifications décevantes. Plus je suis heureux, reconnaissant, positif par rapport à mon présent et plus j’accède à des harmoniques supérieures qui vont me permettre d’accéder naturellement à mes aspirations les plus hautes.

Le principe est comparable à celui de la radio ou de la télévision. Toutes les fréquences sont présentes simultanément mais on capte uniquement la fréquence sur laquelle on se branche. Il est impossible de regarder deux chaines en même temps. On ne peut pas écouter « radio déception » et « radio réussite» en même temps. Il faut choisir. On ne peut pas non plus « évoluer » d’une station à l’autre. Il faut juste changer de fréquence.

La notion de « stratégie d’échec » est donc une notion fausse qui a été mise dans la tête des gens par divers courants thérapeutique ». Stratégies d’échec », « pulsion de mort », « ego »,… toutes ces étiquettes nous enferment dans des « boites »…La vérité c’est qu’il n’y a pas de boite et qu’en plus il n’y aurait de toutes façons personne à mettre dedans.

Il n’y a que des « états de conscience ». « Je suis heureux » est un état de conscience. « Je suis malheureux » aussi…C’est une question de choix. Je dois réaliser que « j’ai le choix »! Si je choisis d’être heureux, je vibre sur la fréquence "bonheur". Donc je ne peux pas me dire : « Je n’aime pas le travail que je fais » et trouver un travail plus satisfaisant…Il faut que je réussisse à être pleinement heureux dans ma situation actuelle pour vibrer sur la fréquence des situations auxquelles j’aspire…

Je dois apprécier pleinement tout ce qui m’est offert « dans le présent », même si ça semble ne pas correspondre vraiment à mes aspirations actuelles.

Pourquoi?
Parce que ma situation actuelle est le reflet de ma vibration actuelle.
Ce qu’il faut c’est que je change mon attitude devant ma vie pour changer ma vie…

Je ne dois donc pas "calculer". Je n’essaie pas de visualiser, de créer un "équivalent mental" qui corresponde plus à mes idéaux…Tout ça ne fait que compliquer les choses. Il faut simplement que je réussisse à tomber amoureux de ce que j’ai pour découvrir le véritable amour…Croire que la solution est dans le futur ou même ailleurs est une fuite en avant.

La solution c’est de faire l’inventaire de son présent et de se dire,
« Bon, il n’y a rien d’autre, je vais faire en sorte que tout ça soit le plus gratifiant possible. »

Ne plus juger que « ce n’est pas vraiment ça », ne plus penser « Je ne suis pas satisfait ». Non, il faut trouver le bon angle. Cette situation est là pour qu’on réussisse à l’aimer. Donc il faut arriver à l’aimer à fond, de tout son coeur. A ce moment là, au moment où on ne s’y attend plus, « Hop », le décor peut se mettre à changer d'un seul coup

C’est naturel, c’est parce qu’on aura alors réussi à changer de fréquence.

Mais attention, ne pensez pas qu'en faisant semblant d'être heureux et en gardant un oeil discrètement tourné vers un futur "meilleur" vous allez pouvoir "provoquer" un changement...on ne peut pas ruser avec soi-même...l'unité c'est être UN...

lundi 22 décembre 2014

Le secret qui n'a jamais été secret...




A la lecture de votre mail j'ai eu l'impression que votre FOI est une foi en demi teinte...
Vous écrivez en effet :

"Je commence à pratiquer ce que vous avez conseillé, j'espère que mon état d'esprit va évoluer!"

Non, vous n' "espérez pas"...parce que la langue française a ses nuances et qu'elles sont importantes...
Votre état d'esprit est à vous...donc il ne va pas évoluer, il évolue ou pas, c'est vous qui décidez...
Ce n'est pas votre état d'esprit qui décide de vous, vous êtes le propriétaire, c'est vous qui décidez de votre état d'esprit. POINT...

Même si ça résiste, même s'il y a des habitudes qui reprennent le dessus!Considérez déjà cette évidence:
"Mon état d'esprit a déjà évolué!"
C'est un choix.
Même si en apparence rien ne semble avoir encore changé...C'est votre état d'esprit qui est déterminant parce que c'est vous qui pensez et non vos pensées qui vous pensent.

Si je vois des mirages dans le désert je ne vais pas espérer les voir disparaître!!!
Je vais devoir me dire sans cesse : "Ce n'est pas de l'eau, ce sont des mirages..."
Car ces mirages vont continuer. Je vais juste ne pas me laisser tromper par les apparences.
C'est pareil pour tout : C'est pour cela que la Bible nous dit :

"Ne jugez pas d'après les apparences mais d'après la vérité..."

Comptez vos miracles !
Vous êtes en vie, vous avez un toit sous lequel habiter, vous faites des choses que vous choisissez de faire, vous avez des amis qui vous considèrent,... Et je suis sûr qu'il y a encore plein d'autres choses que vous ne voyez pas mais qui sont merveilleuses dans votre vie...

Oops! Là j'ai un petit flash de l'esprit qui me souffle "Et dans le domaine sentimental, et en tant que femme la personne qui a écrit ce mail, elle s'assume comment...? Elle s'épanouit?"... Je vous livre la question comme elle me vient...c'est pas moi qui la pose, c'est l'Esprit, je suis sûr qu'il a mis le doigt sur un détail important...

Bon, je reviens à mes moutons.
Donc l'important ce n'est pas d'attendre que ça change. Si on change, c'est maintenant ou jamais. C'est par là que ça commence et ça demande qu'on mette les bouchées doubles en terme de satisfaction. Mon ami Jésus disait : "Les tièdes je les vomis"...Oui! Moi aussi. Un miracle ça se provoque! Il faut mettre le feu...Il faut brûler en soi. Ca s'appelle la passion. Il faut vivre avec passion.

J'ai commençé ma vie dans l'administration et ça ne me semblait pas passionnant du tout. Je m'ennuyais à mourir! Jusqu'au jour où j'ai réalisé que ce n'était pas là où j'étais qui était important mais "Qui j'étais". Et la réponse c'est que je suis un enfant de Dieu. C'est à dire un enfant de la TOUTE PUISSANCE, DE LA FORCE DE VIE, bref un rayon de LA SOIF DE VIVRE... Je suis l'expression elle même...L'expression de QUOI? L'expression de ce que j'ai envie d'être et c'est là que ça devient intéressant la vie...

Il y a un monsieur en apparence aigri qui avait mis un commentaire sur mon blog (Je l'ai effacé parce que je n'aime pas qu'on dépose des crottes devant ma porte...) Ce monsieur avait écrit : "C'est facile pour un baroudeur comme vous, un touche à tout qui manie les mot de manière brillante comme vous maniez les ingrédients en cuisine, etc..." Merci, je prends ce commentaire comme un compliment. Oui c'est facile pour moi de vivre ce que j'ai envie de vivre et si j'écris c'est que c'est que je pense que c'est aussi facile pour les autres de faire la même chose à leur manière...

Et le monsieur terminait en posant une fausse question piège : "A combien se vendent vos séminaires"... Ce qui en clair voulait dire : je présume que vous vous gavez sur le dos des gens avec votre pseudo spiritualité!

Rien qu'avec ce commentaire je peux faire un diagnostic. Même s'il me dit le contraire, ce visiteur irascible n'est pas heureux. Il n'est sans doute pas très satisfait de son vécu et il se trouve plein de bonnes raisons à l'extérieur pour se justifier. Il pense que la vie est plus compliquée que je ne le laisse entendre et en plus il doit avoir des problèmes d'argent...

Parce qu'en tant qu'enfant de Dieu, s'il avait compris le sens de mes mots, il m'aurait écrit directement la même chose par mail. Il l'aurait fait avec amour parce qu'il se serait reconnu dans mes propos. Il aurait accepté d'ouvrir son coeur à une vérité qui est la clé de toute démarche spirituelle :

"OUI,C'EST FACILE DE VIVRE". Il y a toutefois une condition : " SI ON LE VEUT".

Vous pouvez noter : "C'est facile de vivre, si je le veux".
Gardez ça sur vous et relisez-le souvent.

Moi aussi j'ai eu mes moments difficiles et mes traversées du désert et si je passe du temps à répondre aux mails que je reçois du mieux que je peux c'est pour partager ce que je vis...C'est pour permettre à la lumière qui m'est donnée d'éclairer ceux qui sont assez réceptifs pour la recevoir...

Donc, en entrant dans la vie professionnelle, j'ai commencé par m'ennuyer...
Jusqu'au jour où je me suis demandé ce que je pouvais faire pour tromper l'ennui.

Je me suis mis à ranger mon bureau, à le décorer. J'ai même acheté à mes frais un autre bureau, une autre étagère. J'ai ouvert les placards et jeté les dossiers inutiles. J'ai cherché des trucs intéressants à faire, et c'est venu petit à petit parce que j'avais déjà changé.

Je n'ai pas attendu de "devenir"... J'étais déjà ce que j'étais en naissant : "le fils préféré de la Source de la Vie"... Car la vie aime tous ses enfants de la même manière. Elle les aime et les soutient à fond quoi qu'ils fassent. S'ils préfèrent écrire des commentaires désagréables sur le blog des autres elle les soutient, s'ils préfèrent partager la lumière en écrivant un blog d'intérêt général elle les soutient, s'ils veulent toucher à tout elle leur donne le génie pour le faire, s'ils veulent faire de la cuisine sans jamais avoir appris elle leur donne le talent pour ça... C'est cela un baroudeur. La vie est un baroud. (Merci amigo pour le terme! Je vous embrasse fraternellement parce que vous savez mettre le doigt juste sur les mots qu'il faut!)

Oui, c'est précisément lorsque ça semble morose dans son domaine professionnel qu'il faut trouver comment mettre de la lumière...Ca s'appelle LA CREATIVITE. Quand c'est la prospérité et la joie tout est une évidence. C'est lorsque ça ne va pas que c'est important d'aller bien. C'est dans le désert qu'il faut se méfier des mirages. C'est lorsqu'on marche sur l'eau qu'il faut avoir la foi.

Parce que la FOI c'est la réponse à tout, c'est le secret ouvert! Le secret gratuit.
La FOI c'est la réponse à la question sur le prix "exorbitant" de mes formations...
Dans le principe elles sont gratuites puisque je viens de tout révéler... Ce n'est même pas la peine de se déplacer. Le tout c'est de saisir le sens de ces quelques phrases qui livrent le secret de la vie  :

"Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas. Pour l'avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable. C'est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole, en sorte que ce qu'on voit n'a pas été fait de choses visibles. C'est par la foi qu'Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn; c'est par elle qu'il fut déclaré juste, et c'est par elle qu'il parle encore, quoique mort. C'est par la foi qu'Énoch fut enlevé pour qu'il ne vît point la mort. Or sans la foi il est impossible de découvrir l'omnipotence; car il faut que celui qui s'approche de l'Omnipotence croie qu'elle existe, et qu'elle répond à ceux qui la cherchent. C'est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu'on ne voyait pas encore, et saisi d'une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille; c'est par elle qu'il devint héritier de la justice qui s'obtient par la foi. C'est par la foi qu'Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu'il devait recevoir en héritage, et qu'il partit sans savoir où il allait."

Ce n'est pas le résultat qui est important, c'est le SOI! C'est de sentir le sens de cette question majeure:
"Qui SUIS JE? et pour qui dois-je me prendre?"

La réponse c'est : "Je suis, vous êtes, nous sommes, ils sont des enfants de la SOURCE".
C'est une évidence.
Après, c'est juste une question de confiance.

Issu de la Source de tout ce qui EST, j'ai le choix d'assumer mon POUVOIR de créer ce que CHOISIS de créer,

pas demain...ICI... et maintenant...

en gardant toujours le cap vers ce que je ressens au fond de moi...
...pour ça, j'écoute, j'ouvre en grand mes oreilles intérieures et je sais que je suis toujours guidé, si je veux bien être obéissant à la voix qui me souffle sans cesse :

"avance, et VOIS, tout est BIEN."

Je reste souriant, lumineux et j'avance...

vendredi 19 décembre 2014

Gratitude et loi d'"Assomption"




En fait, par nature, chacun de nous est sur SA VOIE. C'est le point de départ. A partir de là, l'Esprit répond à nos demandes conscientes et inconscientes.

Chacun de nous fait ce qu'il peut et l'univers aussi donc l'attitude naturelle à avoir c'est la gratitude. Gratitude envers soi et envers tout ce qui est. Ce n'est pas pour faire plaisir à une divinité extérieure, c'est juste parce que c'est un état d'ouverture du coeur et une source de bien être. Remercier pour tout, même ce qui ressemble à un second choix dans un premier temps...

Parce que ces "seconds choix" apparents sont des potentiels, de rencontres, de joies, de devenirs,... Toutes nos situations correspondent à notre état énergétiques du moment et du coup elles contiennent tous les éléments qui nous permettent d'aller de l'avant.

Tout ce que nous attirons en positif comme en négatif est le résultat de ce que nous sommes à un moment précis (un état de conscience). C'est l'occasion pour nous de nous dire "oui, ça j'aime bien" ou "non ça je n'en veux pas"... La gratitude c'est la reconnaissance de cette merveilleuse harmonie et la reconnaissance du fait qu'on est toujours guidé par cette "sagesse" intérieure. Grâce à une telle attitude même les moments en apparence pénibles sont des occasions de dépassement.

Il n'y a ni Dieu ni karma pour nous "éprouver". Notre "JE" met e oeuvre un mécanisme extrêmement complexe qui évolue de l'intérieur en générant ses expériences et en explorant le champ des possibles. Le négatif c'est juste l'indice à un moment donné d'une erreur de trajectoire et la douleur un moyen pour le "JE" de rectifier le tir. Pour utiliser une image je dirai qu'on fait l'expérience du négatif lorsqu'on essaie de sortir d'une pièce en passant par le mur. La douleur éprouvée permet alors de réaliser qu'il vaut mieux passer par la porte. Cette loi s'appelle "loi de moindre résistance"...c'est ce qui fait que les rivières coulent vers le bas et pas vers le haut...

Si l'on est honnête avec soi même, qu'on accepte qu'on est une parcelle d'omnipotence, d'omniprésence et d'omniscience et qu'on se laisse guider par ses envies sans jamais se juger ni juger les autres, on reçoit à chaque instant ce qui est nécessaire dans l'instant. C'est l'application de la loi de moindre résistance. En fait, on ne reçoit pas, on génère, on manifeste. On manifeste ce que l'on est à un instant précis. C'est pour cela qu'il faut se sentir reconnaissant.Toujours. C'est une manière de s'honorer soi-même...et par la même occasion une manière d'honorer notre "toute puissance"...

Chaque progrès est à reconnaître et à honorer. Ce sens de l'émerveillement est important. Etre émerveillé par tout c'est reconnaître le caractère sacré, miraculeux de la vie. Rien n'est extérieur... tout fait partie de ce qu'on peut appeler "le miracle"... une rencontre, un café sur une table, un repas, s'asseoir à son bureau pour commencer un travail,... tous ces détails méritent d'être vécus comme des actes "sacrés". Inutile de compliquer les choses, inutile dans rajouter. Juste "accueillir"... Cette attitude d'accueil est ce que j'appelle la vraie prière...

A propos de la "loi d'attraction" qui fait tant parler d'elle, je dirai que personnellement je considère que c'est surtout un moyen pour un certain nombre d'auteurs d'attirer des clients... La promesse est toujours "d'avoir" plus...Pour moi, la véritable question n'est pas d'"AVOIR" mais d'"ETRE" car seul l'"ETRE" peut générer l'avoir... L'avoir ne peut pas générer l'"ETRE"... Je suis déjà ce que je veux être. C'est cela l'attitude à adopter.

Donc plutôt que de visualiser, l'important c'est de vivre intérieurement l'état de conscience auquel on souhaite s'identifier. Cette loi s'appelle la loi "d'assomption" ou d'"identification". Ceci dit, ce qui doit nous guider c'est surtout le sentiment de bien être. Plutôt que de s'efforcer de s'identifier à un état et de se sentir frustré si on n'y arrive pas, il vaut mieux se laisser glisser doucement dans l'état de conscience visé comme dans un bain chaud. L'expérience doit être extatique puisqu'il s'agit en fait de vivre instantanément en soi l'état dans lequel tous nos désirs du moment sont déjà réalisés.

jeudi 18 décembre 2014

Réaliser l'unité du SOI

 

Réponse à un mail :

Lorsqu'on se trouve dans un état d'insatisfaction, de frustration,...que ce soit par rapport à un problème physique, relationnel, professionnel ou financier c'est que deux parties de nous se trouvent en conflit : la partie qui aspire à quelque chose de plus (l'ego supérieur) et la partie qui manifeste des limitations (l'ego limité).

Le but de tout traitement spirituel est de rétablir l'unité intérieure en remettant "l'ego limité" sous la direction de "l'ego supérieur."

"L'égo supérieur" c'est ce que l'on peut appeler le Divin en nous, l'Inspiration. Son principe de base c'est d'agir pour le "Bien", notre bien et celui de tous. L'idée de "bien" n'est pas à opposer à celle de "mal", le "bien" c'est juste l'harmonie, le fait que "tout" fonctionne "bien". C'est ce principe qui permet que les planètes restent sur leur orbite, que les cellules fonctionnent parfaitement, que les fleurs fleurissent, etc... C'est un principe interne, une loi générale qui se résume en ces quelques mots : "Tout va bien".

Lorsque quelque chose ne va pas dans notre vie ce n'est jamais à cause des autres. Les autres ne font que refléter notre harmonie ou notre absence d'harmonie intérieure. L'extérieur aussi. La fonction de l'extérieur c'est de nous permettre d'ajuster notre vie intérieure et particulièrement notre système de croyances conscientes et inconscientes.

L'une de ces croyances c'est précisément qu'il y aurait un "extérieur" indépendant de nous mêmes auquel nous sommes soumis et qui exerce une contrainte sur notre vie. C'est ainsi que nous nous croyons limités par un partenaire, une famille, un métier, un système économique, etc. Et tout cela ne sert qu'à cacher la véritable source des problèmes, le fait que nos croyances nous empêchent tout simplement de nous souvenir de notre véritable identité...

Même notre adhésion à une religion ou à un système spirituel ne fait dans la plupart des cas que sceller complètement nos limitations dans la mesure où le pouvoir qui est en nous est déplacé sur des croyances, sur des idoles, sur un gourou ou sur un ensemble de pratiques sensées affecter positivement notre  vie.

En fait, le plus important pour la réussite de notre vie c'est de reconnaître notre identité, c'est a dire réaliser l'unité entre les différentes composantes de notre être. C'est de sentir qu'il y a en nous une force puissante  rayonnant de l'intérieur vers l'extérieur et que cette force crée toutes nos expériences. C'est cette force que l'on appelle Dieu, Royaume de Dieu, Jérusalem, Esprit du Bouddha, Allah ou tout autre nom exprimant le pouvoir et le bien suprême. Découvrir le "Royaume de Dieu" c'est tout simplement prendre conscience que nous sommes nous mêmes le Temple du Dieu vivant, le coeur même du mystère de l'incarnation.

Traiter spirituellement pour obtenir un meilleur salaire, une meilleure situation ou toute autre amélioration, même dans le domaine de la santé, nous écarte du véritable but de toute religion  qui est de re-lier ce qui a été spirituellement séparé...En d'autres termes le but de toute religion est de nous faire prendre conscience que nos problèmes viennent du fait que nous croyons qu'il peut y avoir une distance entre le pouvoir vital et nous mêmes...

Nous ne pouvons pas être coupés du pouvoir vital puisque nous en faisons partie mais par contre nous pouvons, par une erreur de jugement, nous opposer à lui au lieu de couler avec lui. "Tout est bien, je suis un avec le pouvoir infini de la vie, je suis la santé, l'abondance, l'harmonie. Je suis l'incarnation du pouvoir créatif de l'univers,...!" L'idée est simple, évidente à comprendre intellectuellement mais une compréhension théorique ne suffit pas. L'important c'est de réussir à vivre chaque instant dans un état de conscience unifié. C'est se lever le matin avec la certitude que seul le meilleur va se produire dans notre vie, c'est accueillir les difficultés confiant dans le fait que l'Univers est à l'oeuvre et qu'il s'occupe de les résoudre si nous le laissons faire.

Vivre chaque instant dans cet état d'ouverture, de réceptivité et de Foi permet de transformer radicalement toute situation aussi difficile quelle qu'elle soit. C'est un changement total de plan de vie qui demande de la rigueur et beaucoup de lucidité.

Je vous écris tout cela V...  pour vous aider à réaliser pleinement que votre insatisfaction actuelle est le signe que vous êtes sur le point de réaliser votre véritable identité. Ne tombez pas dans le piège de la limitation. Si vous réussissez à vivre en Dieu, qu'est-ce qui pourra vous préoccuper... C'est cela l'eau qui permet de nous désaltérer à jamais, c'est la nourriture grâce à laquelle nous n'aurons plus jamais faim. Une fois notre identité réalisée plus rien d'extérieur ne peut vraiment nous atteindre...

N'hésitez pas à me poser les questions qui vous viendraient à l'esprit à la lecture de ce mail.
Vous êtes sur la bonne voie! Réalisez-le.

Les lois d'harmonie de la vie

 

Réponse à un mail

Ce qui est important dans notre vie c'est de réaliser :

1) Que nous sommes des enfants du Créateur, appelons le Dieu, Principe, Univers, qu'importe, ce qui est clair c'est qu'avant d'être nés de notre père physique, nous avons, en tant qu'être vivants été générés par la Vie en fonction de lois d'harmonie.

2) Si les lois d'harmonie n'existaient pas, il n'y aurait plus de vie car l'harmonie est indispensable pour que le système perdure et évolue.

3) S'il y a donc des lois d'harmonie c'est que l'univers tend vers la cohérence, c'est à dire le bien être du tout.

4) Lorsque quelque chose ne va pas dans notre vie c'est donc que l'harmonie a été rompue.

5) Si le système tend vers l'harmonie et que notre expérience est inharmonieuse c'est que nous nous sommes écartés du système. Ce qui se traduit en langage biblique par :

"Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est comme un sarment qu’on a jeté dehors, et qui se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent."

6) On ne peut pas  ne pas faire partie de la vigne puisqu'on ne peut pas ne pas faire partie de la vie...On peut croire être séparés, perdus, faibles, misérables... mais c'est une contre-croyance absurde, c'est essayer de remonter le courant. Du coup les problèmes se multiplient puisque les rivières ne sont pas faites pour remonter le courant....

7) Assumer notre pouvoir c'est couler avec la rivière, lui faire confiance en retirant notre "égo" du milieu du courant. Notre égo est une illusion;, en fait c'est du vent, du "rien" qui se prend pour quelque chose. C'est juste un mélange de croyances, de fausses certitudes, de peurs, de rigidités qui nous ont été enseignées ou transmises...Tout ça ne sert à rien à part à nous créer des ennuis...

8) Ce qu'on appelle : "la foi" c'est juste une confiance absolue dans le courant vital, dans la sagesse de la force qui nous anime. Ce n'est pas de la "croyance"... car croire c'est ne pas être certain. Avoir la foi c'est être pleinement conscient du fait qu'on fait partie du tout et que "Tout est bien". Avoir la foi c'est marcher sur l'eau sans crainte de tomber, c'est regarder la maladie et la mort en face en pensant : "hors de ma route, illusion!"

Donc si vous retirez votre égo humain du chemin, votre famille ne peut qu'aller mieux, votre relation de couple ne peut qu'aller mieux car c'est vous qui menez le jeu, c'est vous qui créez ce monde. N'oubliez pas que vous êtes "chef de famille"...ce qui veut dire que vous êtes le représentant de Dieu dans votre famille. C'est sur vous que les regards se fixent et c'est de vous que votre fils apprend à la fois ce qu'est être un Père, ce qu'est être un homme et chose encore plus importante c'est en vous regardant vivre que se dessine son image de "Dieu"... La relation à notre père humain détermine le regard que nous portons sur notre Père Divin.

Donc ne vous inquiétez pas parce que si VOUS le permettez, tout ira bien et tout rentrera dans l'ordre. A chaque fois que votre fils se plaint d'un trouble pensez en vous même : "tout est dans l'ordre divin!". Faites ça systématiquement et ne doutez pas...

Tout est en nous. Nos pensées qui créent notre vie. C'est une loi absolue. Tous les pouvoirs nous ont été confiés par la Vie. Le "libre arbitre" c'est le choix de les utiliser pour créer notre bonheur ou notre malheur.

L'étape actuelle est très importante pour vous, c'est une occasion de faire un grand pas dans votre évolution. Saisissez cette chance de réaliser que nous avons bien plus de pouvoir que nous le pensons...N'oubliez pas cette promesse qui n'est pas faite en l'air :

 "Je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père, et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils." 

"Ego" veut simplement dire "Je"...



Je vous remercie pour votre mail et pour les questions importantes auxquelles il permet de répondre.

Commençons par votre première question :

« La question que je me pose, c’est qu’on semble faire agir une volonté personnelle (mettre en avant l'ego humain) quand on recherche et pose un objectif ! au lieu de suivre le flot de la vie ! »

En fait, essayer de raisonner sur cette question génère plus de problèmes qu’autre chose. Vivre dans l’unité de Soi permet de tout réunir : notre volonté, notre objectif et le flot de la vie. Chez les animaux, le « flot de la vie » c’est l’instinct. Leurs objectifs s’imposent, ils les poursuivent, vivent et meurent sans se poser de question. Dans le fond, nous sommes semblables à eux, la différence c’est que nous avons « le libre arbitre », c’est à dire que dans notre vie, la notion de « choix »  existe…enfin, semble exister…car dans le fond, nos choix ne sont peut-être que des illusions de choix.Donc cette notion d’ « ego humain » est un piège intellectuel…en fait « Ego » veut dire « Je»…c’est juste l’expression de cette spécificité humaine qu’on appelle « la conscience de soi ». C’est grâce à cette faculté que l’on peut rectifier ses erreurs et ajuster ses stratégies pare rapport à ses objectifs personnels qui constituent des étapes sur notre voie d’expérience.


A votre première question vous ajoutez cette remarque:

« Par ailleurs on ne sait pas forcément ce qui est le mieux pour nous ! »

Il n’y a pas de « mieux pour nous ». Notre chemin est un chemin d’expérience et même si on nous a habitué à croire qu’il y a un pouvoir extérieur qui en saurait plus que nous sur notre « bien » en fait l’instinct du « bien » fait partie de notre système individuel de navigation.

Cette idée du « bien » n’a rien à voir avec l’idée morale qui oppose le bien au mal. Le « bien », c’est avant tout ce qui nous fait du bien…pour faire simple disons qu’une caresse fait du bien alors qu’un claque fait plutôt mal…un mal aux dents est désagréable alors qu’une dentition en bon état est confortable. Le « bien être » et le « mal être » physiques nous permettent de comprendre que nous sommes un « système vivant » doté de mécanismes de régulation qui nous permettent de naviguer sur ce plan de vie de la manière la plus confortable possible. C'est une sorte de « guide », de GPS intérieur. Il n'y a donc que nous qui pouvons « sentir » ce qui est bien pour nous, c’est à dire ce qui « dans l’instant présent correspond à notre bien être maximal ». Rechercher à chaque instant son bien être maximal est ce qu’on peut appeler : « L’art de Vivre ».

Autre formulation intéressante dans votre mail car elle permet de lever une ambiguïté :

« D’un autre côté, vous dites que si on recherche quelque chose c’est qu’on considère qu’on ne l’a pas ! »

Oui. Vous évoquez une apparente contradiction dans mes écrits. En fait c’est un paradoxe que la religion et la science nous aident à élucider.

Scientifiquement il est prouvé que le temps et l’espace n’existent pas. Sans temps et sans espace, je vis dans un présent éternel où tous MES possibles coexistent. Où coexistent-ils? En moi, dans ma conscience, puisque sans conscience rien ne peut exister. Concrètement il y a simultanément dans mon "actualité" (mon présent) tous les Patrice Julien possibles. Un Patrice Julien très riche, un Patrice Julien sans abri, un patrice Julien vivant, un patrice julien mort,…Je prends les extrêmes pour faire clair mais entre les extrêmes il y a toutes les nuances possibles de Patrice Julien…

(Accrochez votre ceinture parce que je vais mettre le turbo…)

Ce qui sépare deux Patrice Julien ce n’est donc ni le temps ni l’espace mais deux états de conscience. Lorsque je réussis à substituer à 100% un Patrice Julien à un autre Patrice Julien "je" change d’état…Donc lorsqu’on a un objectif, on peut « théoriquement » l’atteindre instantanément. Il suffit de changer d’état de conscience. Malheureusement on nous a habitués à penser en terme de processus. Ce qui fait qu’au lieu de « sauter » d’un état à l’autre comme le font les électrons nous nous croyons obligés de nous soumettre au temps et à l’espace qui sont des illusions et cette habitude est tenace…

Lorsque suffisamment d’êtres sur cette planète auront pris conscience de cela et en seront convaincus, l’humanité fera un bond dans son évolution. En ce sens nos efforts individuels contribuent à cette avancée.

Donc oui, j’ai déjà en moi ce que je crois rechercher. Mon objectif est juste de changer d’état de conscience. C’est la raison pour laquelle le courant de la pensée positive encourage à prier au présent, à faire comme si nous avions déjà ce que nous recherchons.

Exemple : « Je suis heureux, épanoui, en pleine santé, toutes les bénédictions affluent dans ma vie »

En fait, ce n’est pas de « l’auto suggestion » comme on le prétend, c’est un changement d’identification qui permet de modifier nos états de conscience pour provoquer une "mutation". Pratiqué comme il doit l’être, ce mode de prière permet d'incarner instantanément ce que l’on désire être. Je dis bien "être" et non « devenir » car « devenir » est encore une idée liée à l'illusion de temps et d’espace.

Votre mail se termine par cette demande:

« Dans un 1er temps, que me conseilleriez  vous ?
En pratique, j’ai du mal à voir au delà des apparences  et à ne pas me décourager! Par ailleurs j'ai le sentiment de ne pas avancer,  ce qui me fait perdre beaucoup de confiance en moi et qui se  traduit par un certain nombre de problèmes physiques."

En premier, "Que faire?"
Vous connaissez sans doute la phrase : « Recherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice et le reste vous sera donné par surcroit»  Que l'on croie en Dieu ou pas, cette phrase répond à votre question.

Je m'explique. A quoi correspond le mot « Dieu »?

Quelle que soit la religion, le "Divin" exprime l’omnipotence, l’omniprésence et l’omniscience…La question que l’on peut se poser c’est « pourquoi rechercher à l’extérieur ces qualités alors que nous sommes capables de les concevoir ». Là encore on en revient à cette histoire de « pas de temps, pas d’espace »…ce qui nous permet de réaliser qu’entre « l’état divin » et l’ « état humain » il n’y a qu’une différence d’état de conscience.

En fait on nous a habitués à penser que l’état divin est inaccessible…c’est de l’intox.
Les texte sacrés eux mêmes nous disent clairement : « Le royaume de Dieu est en vous ». Cela signifie que pour trouver le « Royaume de Dieu » il nous faut simplement  réaliser que nous sommes nous-mêmes par nature « omnipotents, omniprésents et omniscients » et il nous faut assumer à 100% cette identité.

A partir de cet état de conscience on peut se demander : « Pourquoi Dieu se découragerait-il? », «Pourquoi ne réussirait-il pas à voir au-delà des apparences ? ».  Que deviendrait l’univers si Dieu perdait confiance en lui? S’il se disait qu’il n’avance pas?

Dieu ne se décourage pas donc je ne me décourage pas.
Dieu voit au-delà des apparences donc je vois au delà des apparences.
Dieu a confiance en lui à 100%, il ne doute pas.
Lorsque l'omnipotence dit : « Que la lumière soit »  elle SAIT que la lumière ne peut que jaillir instantanément.

Le Pouvoir suprême possède une foi absolue en lui même et comme je suis l'incarnation de ce pouvoir j’assume vraiment ma divinité lorsque je m'identifie pleinement à cet état de conscience. C’est ce que l’on appelle LA FOI.

Cette Foi est un état de soumission, d’obéissance au principe vital. C’est l'acceptation d'une loi scientifique. Pour pouvoir utiliser un interrupteur électrique il faut que je me soumette à lui, que je lui fasse totalement confiance. J’appuie et la lumière jaillit. En tout cas c’est cette conviction qui m’anime à chaque fois que j’utilise un interrupteur. Dans la vie, c’est pareil. Cette confiance totale dans le pouvoir qui est en nous et partout permet de vivre le miracle, à chaque instant.

Pour terminer, un commentaire sur cette question des troubles physiques que vous évoquez. C’est aussi un état de conscience. C’est un choix plus ou moins conscient. Certains choisissent le cancer, d’autres un problème de coeur, d'autres autre chose…A un moment donné certaines personnes choisissent d’expérimenter un type de « mal-être » physique. C’est souvent le résultat d’un processus invisible de déséquilibre «mental » ou « spirituel » ou les deux, qui finit par se traduire sur les plans les plus denses (Le niveau physique).

Pour conclure je vous demande de considérer un point très important. Tout ce que je viens d’écrire peut sembler théorique et intellectuel. Il n’en est rien. C’est avant tout pratique. Je peux résumer toute cette démonstration sous la forme d'un conseil très simple:

« Agissez à chaque instant de votre vie comme si vous étiez Dieu, omnipotent, omniprésent et omniscient… » 

J’ai écrit « comme si vous étiez Dieu » mais en fait « Vous êtes Dieu… » alors vivez pleinement ce que VOUS ETES…